zone bleue : la réglementation

Afin de faciliter le parcage des riverains et des touristes, un peu partout en France (en zone urbaine que rurale) on peut trouver des zones bleues. Ouvrant droit à un stationnement gratuit sur une durée déterminée, elle est très encadrée par la loi.

Différences à connaitre entre une zone bleue et stationnement payant

horodateur ou un parcmètre
Horodateur ou un parcmètre

Le panneau indiquant une zone bleue et un parking payant ont une grande différence. Sur ce dernier, il y a toujours un horodateur ou un parcmètre. A part cela, sur la signalisation, il y a aussi une affiche qui montre de quelle heure à quelle heure le stationnement y est autorisé.

Contrairement à cela, le stationnement sur une zone bleue est entièrement gratuit, néanmoins, il y a aussi une limitation sur la durée.

Comment fonctionne le stationnement sur une zone bleue ?

panneau de Zone bleue
Panneau de Zone bleue

Afin de pouvoir se garer sur une zone bleue, il faut impérativement avoir un disque de stationnement conforme aux normes européennes.

Généralement, ce dispositif pourrait être récupéré auprès de la mairie gratuitement ou moyennant une petite compensation. On peut également l’acheter en grande surface ou dans une station service pour environ 5 euros.

Une fois la voiture garée, avant de quitter les lieux, le conducteur doit disposer le disque sur le pare brise du véhicule pour que les autorités puissent faciliter le contrôle.

Concernant la durée, du stationnement, elle est de 1h30 en moyenne. Par contre, chaque municipalité pourrait imposer ses propres règlements. A part cela, avant de se garer, il est aussi très important de lire l’indication inscrite à intérieur du panneau (E9a , E9b , E9c , E9d , E9e , E9f , E9g). Sur un panneau de type E9a, le parcage est autorisé pour n’importe quel véhicule. Et sur un panneau E9b, l’emplacement est exclusivement destiné pour une voiture.

Quelles sont les sanctions prévues en cas de non respect des règlementations ?

En cas de stationnement sur une zone bleue, ces trois cas peuvent mettre le conducteur en infraction :

  • Parcage sur l’emplacement sans disposer d’un disque de stationnement
  • Disque non conforme ou horaire d’arrivé mal configuré
  • Et dépassement du temps de stationnement fixé par la mairie.

Si une autorité compétente confirme l’infraction, le fautif se doit de verser une amende forfaitaire de 2è classe qui s’élève à 35 euros.

Outre les conducteurs déjà titulaires de permis, n’oubliez pas que cette réglementation est souvent interrogée pendant la vérification de permis. De ce fait, il est très conseiller de l’apprendrez par cœur.